Livres

Vous trouverez dans cette rubrique « livres », des livres nouveaux et plus anciens dont certains sont, à ce jour, introuvables…

PARUTIONS RECENTES

PARAS EN ALGERIE  1954-1958
Il existe une légende noire des parachutistes envoyés en Algérie. Ces unités, marquées par la défaite de Diên Biên Phu et décidées à mobiliser tous les moyens pour ne pas subir un nouveau revers, auraient théorisé des doctrines anti-subversives impliquant l’usage de la torture, avant de participer au renversement de la IV République puis au putsch d’avril 1961. Ce canevas schématique est très loin de rendre compte de la réalité de l’engagement de tous les «paras »: une étude historique rigoureuse s’impose, au plus près des sources et des témoignages, qui restitue les parcours et l’évolution de ces unités réservées aux interventions.
Des premières opérations en hélicoptère dans les djebels, réalisées dans l’improvisation et l’urgence, à la bataille des frontières, en passant par le parachutage sur Suez, la bataille pour Alger et les poursuites dans le désert, Marie-Danielle Demélas revient sur la façon dont ces combattants se sont adaptés à un conflit d’un nouveau genre.
Une somme d’histoire militaire sur des troupes d’élite prises dans une guerre qui fit vaciller la république française.
Docteur d’État en histoire, Marie-Danielle Demélas, spécialiste d’’histoire politique et militaire de l’Amérique latine et de l’Espagne, a entrepris d’écrire une histoire des parachutistes français de 1945 à 1962, dont un premier volume est paru (Parachutistes en Indochine, Vendémiaire, 2016).

 » FRANCOIS CASTA AUMONIER PARACHUTISTE »

Le récit de la vie mouvementée du père François, Joseph, Antoine CASTA qui se qualifiait lui meme de « pauvre curé » se situe aujourd’hui à contre courant d’une époque où les sentiments exaltant le courage, le don de soit, l’amour de la patrie et les valeurs chrétiennes sont souvent moqués ou ignorés.

Pourtant, ce sont ceux-là qui ont guidé la vie de cet aumônier militaire parachutiste d’origine corse, docteur en théologie, historien et philosophe qui a traversé tout un pan de l’histoire de notre pays. On le suit ici pas à pas, de la prime enfance à sa mort aux invalides en passant par la resistance, la deuxième guerre mondiale, celles d’Indochine et d’Algérie avant de le retrouver dans ses fonctions pastorales.

On découvre aussi que cet homme d’action, grand croix de la légion d’honneur, titulaire d’une douzaine de citations, blessé à plusieurs reprises aux coté des combattants qu’il secourait physiquement et spirituellement sur les theatres d’operation où la France fut engagée jusqu’en 1962, était un penseur  qui ne mâchait pas ses mots.

Homme de Dieu, homme de guerre, François Casta, pasteur d’exception, a laissé une empreinte toujours vive sous la protection de saint Michel dont il associa le culte à la saga Parachutiste….

 » PARACHUTISTES EN INDOCHINE « 

Quand les premiers parachutistes sont envoyés en Indochine, ils appartiennent à des unités d’élite, entraînées pour des actions spectaculaires qui doivent redonner à la France le prestige qu’elle a perdu après l’effondrement de 1940. Pourtant, ces combattants ne sont guère préparés à ce qui les attend : une guérilla sans merci qui préfigure le conflit algérien, en même temps qu’une guerre plus classique avec artillerie lourde et DCA. Équipés de bric et de broc, embarqués dans les coups le plus durs et les plus audacieux contre un ennemi redoutable, trop souvent employés à des tâches routinières et harassantes, ils payeront à cette première guerre de décolonisation un terrible tribut, lors des batailles de la RC4, à Dien Bien Phu, puis pendant de longs mois de captivité dans les camps des Vietminh.

Au plus près des sources, Marie-Danielle Demélas décrit la vie de ces soldats et de leurs officiers au jour le jour, tout en analysant sans concessions les errements stratégiques dont ils furent à la fois les victimes et les principaux protagonistes.

« LES CHEMINS DE DIEN BIEN PHU « 

Franck Mirmont a recueilli les souvenirs de six anciens d’Indochine :

  • Heinrich Bauer, légionnaire allemand, sergent au 2è BEP
  • Jean Carpentier, second-maître armurier de l’aéronavale, navigant sur Privateer
  • Jean Guêtre, Commando Nord-Vietnam n°32
  • Pierre Latane, officier au 5è BPVN, le 5è « Bawoan » des paras vietnamiens
  • Bernard Ledogar, 6è BPC de Bigeard.
  • Jean-Louis Rondy : médecin-lieutenant au 1er BEP.

Ils lui ont dit comment ils sont arrivés à Diên Biên Phu, le déroulement de la bataille dans la position qu’ils occupaient, leur longue marche et leur captivité dans les camps du Vietminh dans lesquels ni les lois de la guerre, ni la Convention de Genève, ni la Croix-Rouge n’étaient respectées.

Ce livre n’a pas vocation d’expliquer le pourquoi et le comment de cette défaite glorieuse, tournant crucial de la guerre d’Indochine, mais de donner quelques témoignages d’hommes du rang et d’officiers, qui, chacun à sa façon, ont détenu une part de la vérité, une vérité parfois effroyable et dont ils ne sont pas sortis indemnes.
Chaque chapitre s’intéresse à l’un de ces témoins, que l’on retrouve quelques chapitres plus loin. Les pauses nécessaires, tant ces témoignages sont poignants, sont assurées par des rapports déclassifiés de la CIA en Indochine. Ils montrent que la vision de ses observateurs était quelquefois plus juste que celle de nos états-majors. Au détour des pages, le lecteur retrouvera des dizaines de noms d’officiers et de sous-officiers qui s’illustreront quelques années plus tard en Algérie et sur tous les autres théâtres d’opérations, toujours au service de la France.

« LES EVADES DE DIEN BIEN PHU »

A la mémoire de mes compagnons d’évasion, les sergents chefs Jacques Sautereau, Michel Skrodzki et René Sentenac du 6éme Bataillon de Parachutistes coloniaux.
Personne ne peut nous enlever ce que nous avons vécu…
Maurice Rilhac.

Préface du Général LE BOUDEC

Le 7 mai 1954 17h30 les combattants de Dien Bien Phu ont cessé le feu. puis épuisés, ayant depuis des semaines lutté de jour et, le plus souvent, de nuit, blessés, malades, trempés par la pluie, pataugeant dans les tranchées inondées, alimentés au hasard des parachutages imprécis, ils sont profond ment choqués…

Cliquez pour lire la suite les évadés de Dien Bien Phu

« Avec BIGEARD, de Tu-lê à Diên Biên Phu »

Lorsque, en novembre 1945, il fait ses premiers pas sur le sol Indochinois, Marcel BIGEARD ignore alors, comme il l’écrit dans ses mémoires trente ans plus tard, « qu’il y aura bien d’autres pas, des milliers de kilomètres parcourus…au cours de longues années et qu’aussi, comme beaucoup d’autres, il serait marqué à vie par ce pays captivant ». Bigeard fit 3 séjours en Indochine et c’est au cours du dernier qu’il « sortira de l’anonymat ». C’est donc à l’épopée du 6 BCP qu’il commanda durant  cette période que la Fondation général Bigeard a choisi de consacrer ses travaux lors d’un colloque organisé en 2016 à l’école militaire, sous le haut patronat du ministre de la Défense.

Ce livre réunit des contributions d’historiens, de très nombreux témoignages et documents photographiques provenant notamment des archives personnelles du général Bigeard. Pour la plupart inédits, ces écrits et ces images font revivre le déroulement des opérations, l’atmosphère des combats et celle de la captivité dans les geôles vietminh et temoignent de  Marcel Bigeard  et du charisme qu’il a exercé sur tous ceux, militaires ou civils, qui ont servis sous ses ordres, croisés sa route ou encore mis en oeuvre ses méthodes de combat.

 

Historien spécialiste de la guerre d’Indochine, Guy Leonetti  a publié « lettres de Diên Biên Phu », Fayard,2004. « Mémorial Indochine », Bernard Giovanangeli Editeur / Ministére de la Défense, 2014 et a contribué à l’ouvrage collectif « légionnaires parachutistes, soixante ans au service de la France », l’esprit du livre, 2008.

« Les chasseurs Parachutistes pendant la guerre d’Algérie » – Jean BALAZUC.

Quatre régiments de chasseurs parachutistes, constitués principalement d’appelés, ont participé à la guerre d’Algérie. Le texte est organisé selon une logique chronologique présentant les nombreux déplacements, les nombreux combats et les quelques embuscades pendant ces huit années de guerre, en hommage à tous les chasseurs parachutistes, appelés, rappelés, engagés, rengagés, qui ont servi leur pays, qui ont accompli, dans des conditions difficiles, leurs missions de guerre et leurs missions de paix pendant la guerre d’Algérie, pour une cause qu’ils estimaient juste.

Jean BALAZUC : Ses livres